raviner


raviner

raviner [ ravine ] v. tr. <conjug. : 1>
• 1585; « couler avec force » 1165; de ravine (1o)
1Creuser (le sol, la terre) de sillons, emporter (la terre) par endroits, en parlant des eaux de ruissellement. éroder. Pluies, orages, ruisseaux qui ravinent une pente. « Sur les bords ravinés d'une petite rivière » (France).
2(1897) Fig. Marquer de rides profondes (le visage). « Les larmes qui ont raviné son visage » (Bloy). P. p. adj. « Une face tassée, labourée, ravinée » (Sartre).

raviner verbe transitif (de ravine) Creuser le sol de ravines : Coteau que les pluies ont raviné. Creuser le visage de quelqu'un, le marquer de rides.

raviner
v. tr.
d1./d Creuser (le sol) de ravines.
d2./d Fig. Creuser (le visage) de rides, de marques.
d3./d Pp. adj. Une région ravinée.
Fig. La figure ravinée d'une vieille femme.

⇒RAVINER, verbe trans.
A. [Le suj. désigne un agent physique, atmosphérique] Creuser un terrain, une surface d'entailles plus ou moins profondes, de ravins, de ravines. Le temps se gâta, des vents terribles soufflèrent, un dernier orage ravina les pentes (ZOLA, Dr Pascal, 1893, p. 127). La pluie avait raviné les murailles, le soleil les avait fendues (THARAUD, Fête arabe, 1912, p. 120).
Empl. pronom. passif. Par les grandes pluies, la chaussée se ravine, elle se dégrade et devient même dangereuse (BOURDE, Trav. publ., 1929, p. 12). Les terres rouges de Chine se ravinent, prêtes à recevoir leur épais manteau de loess jaune (TEILHARD DE CH., Phénom. hum., 1955, p. 218).
À la forme passive
(Être) raviné par + compl. désignant un agent physique, atmosphérique. Plaine inégale et caillouteuse, coupée de monticules, et ravinée par le Chéliff (FROMENTIN, Été Sahara, 1857, p. 39). [Terrain] raviné par le passage des roues surchargées (PESQUIDOUX, Livre raison, 1928, p. 30).
(Être) raviné de/par + compl. désignant la nature de l'entaille. [Métairies] ravinées de fossés (HUGO, Quatre-vingt-treize, 1874, p. 9). Ce limon imperméable et décalcifié (...) en a fait un sol de forêt, d'étangs, de terres froides. Il est raviné par des vallées étroites et parallèles (VIDAL DE LA BL., Tabl. géogr. Fr., 1908, p. 257).
Part. passé en empl. adj. [En parlant d'un terrain, d'une surface] Qui est creusé d'entailles plus ou moins profondes. Sentier raviné; pente, route ravinée. Chemins creux, ravinés, meublés de noyers (BALZAC, Pierrette, 1840, p. 25). Et la campagne donc, c'était tout raviné, sans un arbre, avec des fondrières à se rompre le cou (MOSELLY, Terres lorr., 1907, p. 100).
B. — 1. [Le suj. désigne un facteur d'ordre physique ou moral, parfois une pers.] Marquer (le corps, une partie du corps, en partic. le visage) de sillons, de creux, de traces, de rides. Tant pis si un vice, une passion, une laideur caractérielle (...) ravinent les traits d'une physionomie; Hogarth ne vous fera grâce ni d'une ride ni d'un pli (GAUTIER, Guide Louvre, 1872, p. 317). Larmes qui ont raviné son visage (BLOY, Femme pauvre, 1897, p. 297).
Rare. Raviner de + subst. (indiquant la nature de la marque). L'aisance de Berruguete (...) à raviner un ventre musculeux de ténèbres et de clartés (FAURE, Hist. art, 1921, p. 62).
Empl. pronom. passif. Cou amaigri, consumé, qui se ravinait (CHÂTEAUBRIANT, Lourdines, 1911, p. 264). Ses cheveux avaient blanchi. Ses joues se ravinaient (VAN DER MEERSCH, Invas. 14, 1935, p. 216).
À la forme passive. (Être) raviné de/par. Front raviné de soucis (GENEVOIX, Boue, 1921, p. 126). Visage raviné par de lentes et roides grimaces (DUHAMEL, Maîtres, 1937, p. 254).
Part. passé en empl. adj. [En parlant du corps, d'une partie du corps] Face ravinée; joues ravinées. Poitrine rougeaude et ravinée (FROMENTIN, Maîtres autrefois, 1876, p. 57). Corps maigre et raviné (GYP, Raté, 1891, p. 199).
2. [P. méton.; le suj. désigne la nature de la marque] Creuser, marquer une partie du corps, du visage. Des rides qu'on eût dites tracées à l'encre ravinaient ses joues et son front (GREEN, Moïra, 1950, p. 177).
Empl. pronom. passif. Se raviner de + subst. (indiquant la nature de la marque). Se garer assez bien la face pour qu'elle ne se ravinât point de traînées bleues (HUYSMANS, Sœurs Vatard, 1879, p. 115).
À la forme passive. (Être) raviné de + subst. (indiquant la nature de la marque). Mentons ravinés de cicatrices et de balafres (HUYSMANS, À rebours, 1884, p. 49).
Prononc. et Orth.:[], (il) ravine [-in]. Att. ds Ac. dep. 1878. Étymol. et Hist. 1. Av. 1592 « ravager par une ravine » (CHOLIÈRES, Contes et discours bigarrez, f ° 215, éd. 1610), repris dep. Trév. 1771; 2. 1813 « creuser de ravins » (RAMOND, Instit. Mém. scienc., 1815, p. 126 ds LITTRÉ). Dér. de ravine; dés. -er. Fréq. abs. littér.:88.

raviner [ʀavine] v. tr.
ÉTYM. 1585; « couler avec force », 1165; de ravine.
1 (En parlant des eaux de ruissellement). Creuser (le sol, la terre) de sillons, emporter par endroits (la terre). Affouiller, éroder. || Pluies, orages, ruisseaux qui ravinent une pente, un champ. || La fonte des neiges a raviné la terre.
2 (1897). Fig. Marquer de rides (le visage). || Les larmes qui ont raviné son visage (→ Éteindre, cit. 54).
1 Les larmes avaient surtout raviné la figure d'Hubert.
F. Mauriac, le Nœud de vipères, II, XVII.
——————
raviné, ée p. p. adj.
1 (1813). Creusé de ravines, érodé (terre, sol). || Plaine ravinée par un torrent, une rivière (→ Caillouteux, cit. 1). || Les bords ravinés d'une petite rivière (→ Proche, cit. 1).
2 (Av. 1922, Proust). Fig. Marqué de rides profondes. || Une face labourée (cit. 11), ravinée, creusée de rides profondes. aussi Ravagé.
2 On ne peut pas dire qu'il soit ridé; l'épithète raviné lui conviendrait mieux tant sont profonds les sillons sculptés sur son vieux cuir.
M. Constantin-Weyer, Source de joie, II.
DÉR. Ravin, ravinement.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • raviner — vt. , entraîner // emporter raviner de la terre, des pierres, (ep. d une pluie torrentielle) : fére d kro <faire des creux> vi. (Albanais.001) ; êportâ la têra <emporter la terre> (001) ; déluzhî (Juvigny) ; ravinâ (Billième), rawin… …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • RAVINER — v. tr. Creuser de sillons profonds. Les pluies d’orage ont raviné les campagnes. Des champs ravinés par l’orage. Fig., Un visage raviné …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • raviner — (ra vi né) v. a. 1°   Ravager par une ravine. Des champs ravinés par un orage. 2°   Creuser de ravins. •   Un vallon profondément raviné, RAMOND Instit. Mém. scienc. 1813, 1814, 1815, p. 126. HISTORIQUE    XVIe s. •   Voicy une lavasse d eau qui… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • diraganiañ — raviner …   Dictionnaire Breton-Français

  • ravin — [ ravɛ̃ ] n. m. • 1690 « chemin creusé par les eaux »; ravine mil. XVIIe; de raviner ♦ Petite vallée étroite à versants raides. Voiture tombée dans un ravin. Torrent qui coule au fond d un ravin. ⇒ ravine. ● ravin nom masculin (de raviner)… …   Encyclopédie Universelle

  • ravinement — [ ravinmɑ̃ ] n. m. • 1845; de raviner 1 ♦ Formation de sillons dans le sol par les eaux de ruissellement. ⇒ affouillement , érosion. Le ravinement affecte surtout les sols imperméables. La destruction de la végétation favorise le ravinement. 2 ♦… …   Encyclopédie Universelle

  • ravine — [ ravin ] n. f. • ravine de terre « avalanche » 1388; raveine 1120; lat. rapina → rapine 1 ♦ Vx Torrent. 2 ♦ (XVIe) Petit ravin; lit encaissé d un ruisseau, d un torrent. « c était une ravine affaissée, usée par le vent et par l eau » (Le Clézio) …   Encyclopédie Universelle

  • taillader — [ tajade ] v. tr. <conjug. : 1> • 1532; de taillade 1 ♦ Entamer, couper par des taillades (les chairs, la peau). Il s est tailladé le menton en se rasant. ⇒ balafrer, entailler. ♢ Par ext. Taillader sa table avec un canif. ♢ Par métaph.… …   Encyclopédie Universelle

  • affouiller — [ afuje ] v. tr. <conjug. : 1> • 1835; de à et fouiller ♦ Provoquer l affouillement de. ⇒ creuser, éroder, excaver. ● affouiller verbe transitif (de fouiller) Creuser, en parlant des eaux tourbillonnaires. Remuer le fond, en parlant des… …   Encyclopédie Universelle

  • raven — I. noun Etymology: Middle English, from Old English hræfn; akin to Old High German hraban raven, Latin corvus, Greek korax Date: before 12th century a large glossy black corvine bird (Corvus corax) of Europe, Asia, northern Africa, and America II …   New Collegiate Dictionary


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.